Comité Laïcité République

Remise des Prix le 21 octobre 2013

Prix de la laïcité 2013. Discours de Jürgen Wertheimer, lauréat du Prix international

13 novembre 2013

La révolte de la littérature contre le fondamentalisme
ou
La guerre des mots

Imaginons-nous, cherchons d’imaginer pour un moment un mode sans littérature. Cela s’avère difficile. Car tout ou presque tout ce que nous savons des choses essentielles du monde nous parvient par le canal des histoires que nous racontons sur ces choses. Bon nombre de protagonistes inventés en littérature sont depuis longtemps devenus des habitants du monde réel. Impensable serait un monde sans Antigone et Emma Bovary ou sans Werther et Macbeth. Un monde sans la bible et Shakespeare, sans Homère, sans l’enfer de Dante serait remarquablement dépeuplé. Et il serait non seulement un monde pauvre, mais aussi un monde moins intelligent. Nous aurions à la rigueur des temples vides, des ruines d’anciens châteaux forts, des halls d’églises, des artefacts et des caves de dossiers. Mais, devant toutes ces choses, nous nous retrouverions désemparés comme des images rupestres dans les enfers de l’âge de pierre. Sans histoires et protagonistes de la littérature nous serions en défaillance de la clé d’appréhension des cohérences, des sens, émotions et réflexions des habitants de ces coulisses.

Si, en une nuit, Paris ou Londres disparaissait et il ne nous restait que les romans de Balzac et de Dickens, nous saurions tout de même presque tout sur la structure et la culture de ces deux villes, car la littérature est la plus grande archive des histoires de l’humanité – ou comme le dit la grande épopée indienne, le Mahabharata : Tout ce qui existe, est dans elle – ce qu’il n’y a pas dans elle, n’existe point.

Ces remarques sur le phénomène de la laïcité donc viennent d’un point de vue indirect, peut-être même périphérique en tant que je m’adresse à vous dans ma fonction d’un professeur de littérature comparée, loin du monde de la diplomatie ou de la politique. Permettez-moi donc ce bref plaidoyer en faveur de la littérature comme la force peut-être sous-estimée mais en vérité la plus efficace pour se soulever contre le principe du fondamentalisme c’est-à-dire en faveur du principe de la laïcité. La laïcité est le grand don de la tradition française malheureusement presque inconnue en Allemagne – jusqu’à ce moment-là.

Car ce n’est pas la philosophie et encore bien moins la religion, ce ne sont pas les grands maîtres chargés de l’enseignement moral ou les théoriciens des études culturelles qui s’opposent de la manière la plus déterminée aux fondamentalistes et dogmatiques tous azimuts. Non ! C’est : la LITTÉRATURE. C’est elle et elle seulement – souvent décriée comme déconnectée du réel, détachée et addicte au texte – qui s’en prend aux racines des systèmes du pouvoir.
Il s’agit ici non pas de la légitimer mais de l’amener à elle-même ; non pas de la défendre mais de l’inciter à passer à l’attaque ; non pas de déplorer son impuissance mais de la mettre en pleine possession de ces vraies capacités, et elle est capable de beaucoup – sinon on ne l’aurait pas mise à l’index depuis 500 ans, censurée, poursuivie, interdite ou brûlée. Apparemment elle possède précisément ce que les manipulateurs et violeurs d’opinion craignent le plus au monde, craignent à juste titre. Tous (que ce soit des mollahs ou marxistes, fascistes ou technocrates) subodorent le danger lorsque la littérature met ses moyens en œuvre et dit ce que seulement elle peut dire, ce que seulement elle peut dire de cette manière.

Pourtant, il ne s’agit, en règle générale, non pas d’un engagement au sens idéologique, non pas d’une prise de position des auteurs en faveur de telle ou telle orientation, couleur ou parti. Il ne s’agit pas, en effet, prioritairement de politique, mais de poésie. Non pas d’éthique, mais d’esthétique. Non pas tant d’un geste du genre "j’accuse", mais plutôt celui d’un "j’exclus" : il s’agit d’un refus catégorique de toute contrainte imposée et régentant la vie d’êtres humains. Et tout ce que les systèmes font avec les individus au nom d’idéologies est contrainte – et assez fréquemment aux conséquences mortelles.

C’est des années plus tard que revient souvent à la littérature la tâche noble mais peu satisfaisante à la longue de faire un travail critique sur les horreurs dont les systèmes se sont rendus coupable, ceux qui, avant, ne pourchassaient pas seulement la littérature. On raconte, des décennies plus tard, jusque dans le moindre détail, du début à la fin, de la fin au début. On raconte quand et comment on aurait pu, aurait dû réagir afin d’empêcher qu’un petit nombre de personnes réussisse à tuer un grand nombre… physiquement et psychiquement.
La littérature donc comme centre de documentation permettant de rechercher les traces du passé et de donner une voix aux victimes anonymes – ceci est certainement une fonction importante de la littérature.
Reste quand même un sentiment fade d’impuissance et de tristesse, cependant, s’installe en travaillant ainsi poétiquement le passé. Un sentiment que l’on peut honorer mais auquel on ne devrait pas s’accoutumer.

Le retard permanent ou les mises en garde prématurées – être Celan ou ne pas être entendu comme Cassandre, ceci ne correspond pas à la mission ou aux possibilités de la littérature. Ce qui correspond encore moins à sa mission – ceci ne doit être tu – c’est de se glisser dans la peau du collaborateur et de fournir des sentiments collectifs qui deviennent destructifs, partie d’une usine de la mort faite de mots. Des auteurs du monde entier se sont mis à la botte d’idéologies – que ce soit en Bosnie ou en Allemagne nazie – et ont fourni et nourri puissamment les mythes de la pureté, les stéréotypes de l’ennemi et des sentiments d’appartenance mensongers. Il n’en sera plus question ici. Les écrivains, eux aussi, sont corruptibles et la vanité est un appât extrêmement puissant.

Les possibilités que recèle la littérature sont, en revanche, plus importantes que ses déficiences et ses dangers. Posons donc la question de savoir quelles sont les qualités spécifiques de la littérature comme moyen d’éclairer et d’anticiper les catastrophes ; moyens qui protègent l’individu contre les courants dangereux des systèmes et qui ne se sentent l’obligé que d’un seul ‘parti’ – ceci, certes, de manière inconditionnelle – celui de l’homme individuel, responsable pour soi-même. Dans le sens de Diderot, de Kant, de Camus : d’accepter, de cultiver le propre sens du réel.

« Je n’ai pas de vision du monde ! » dit Georg Büchner – écrivain radical des Lumières qui s’attaque à la racine, va au fond des choses. Qui creuse là où gît le lièvre. Le lièvre s’appelle Woyzeck. Il s’appelle aussi Danton, Robespierre, peut aussi s’appeler ‘le peuple’, ‘vertu’ voire porter le nom de la ‘République’. À l’ère où se manifestent en permanence des opinions révolutionnaires, contre-révolutionnaires et réactionnaires, un jeune homme ‘tend un miroir au monde’ – et le monde détourne le regard, fait comme si tout ça ne le regardait pas, comme si l’on ne parlait pas de lui. On parle, pourtant, de lui.

Car même l’idéologie des Lumières est une idéologie, la Révolution qui en résulte l’est encore bien davantage. Dans La mort de Danton de Büchner, on peut voir comment et à quelle vitesse les idéaux se transforment en idées, les idées en dogmes, les dogmes en arrêts de mort. On pourrait, on peut voir que la formation de partis et de groupes parlementaires ne représente qu’une différenciation du pouvoir, que ‘bon’ et ‘mauvais’, au sens politique, ne sont que des mirages et que même le ‘peuple bon et docile’ ne représente qu’une parole idéologique creuse dans la lutte entre les courants politiques. « La volonté générale », c’est peut-être l’arme la plus dangereuse au service d’exécuteurs autoproclamés d’une justice, de leur justice. Lire de manière judicieuse Büchner, c’est : éclairer le peuple sur lui-même !

La littérature comme aucun autre média non seulement conceptualise, mais elle fait connaître également les développements et les dévoiements de la société, ses procédés de développement et d’enveloppement. Et pas seulement ça, elle est rompue aux demi-tons, aux ambiguïtés et ambivalences. C’est la raison pour laquelle on ne peut la contourner et pour laquelle elle fascine. Certes, c’est pour cette même raison que sa portée politique est limitée.

Non pas que les gens aux manettes du pouvoir soient insensibles à la littérature – bien au contraire, il n’y a guère personne qui ne déclarerait que lire des romans ou aller au théâtre ne compte pour beaucoup dans ses loisirs et dans sa façon de soigner son image publique… et pas seulement les meneurs… le gros de ceux qui considèrent qu’ils ont la tête sur les épaules adoptent cette attitude qui est de comprendre la littérature comme un facteur important mais, en dernier ressort, non déterminant, et de lui accorder une sorte de statut ‘de luxe’ divertissant. Personne ne se permettrait de traiter les textes religieux avec une telle arrogance condescendante qu’on le fait habituellement – implicitement – avec les textes littéraires. La remarque de Goethe sur le prophète dans Le Divan occidental-oriental montre à quel point cette conception normale est paradoxale et, finalement, détachée des réalités et du monde. Il distingue de manière tout aussi élégante que subversive entre le prophète et le poète Mahomet faisant une différenciation nette qui n’a rien perdu de son actualité :

« …Le poète gaspille en jouissance le don qui lui a été départi, pour produire la jouissance […] Toutes les autres fins il les néglige, s’efforce d’être varié, de se montrer inépuisable dans ses peintures d’âmes et ses descriptions. Le prophète, au contraire, ne vise qu’un but très déterminé ; et pour l’atteindre il emploie les moyens les plus simples. Il veut proclamer une doctrine et rassembler autour d’elle les peuples comme autour d’un étendard. Pour cela il suffit que le monde croie ; il faut donc qu’il soit et reste monotone, car on ne croit pas à la variété… »
(Goethe, Johann Wolfgang von, « Notes et dissertations de l’auteur », Divan occidental-oriental (trad. Henri Lichtenberger), Aubier, Paris 1940, p. 340)

On ne pourrait guère plus pertinemment présenter l’essentiel de la différence : la littérature, en effet, ne vise pas à l’utile mais elle n’est certainement pas pour autant sans utilité. Elle n’offre aucune solution, n’exauce pas (mais ne condamne pas non plus) au lieu de quoi elle pose des questions sans donner de réponses. Ne donnant aucune réponse, elle offre à tout un chacun la possibilité de chercher, peut-être même de trouver, sa réponse.
Elle ne veut en venir à rien. Et c’est précisément ce qui fait sa force. Elle préfère des dénouements ouverts souvent même insatisfaisants au lieu de greffer dessus un échafaudage d’espoir et de mensonge lisse et loin des réalités de la vie séduisant par son côté suggestif. Elle affronte la complexité, l’ambiguïté, l’ambivalence de la réalité quotidienne au lieu de l’engluer par des chimères. Des chimères de nature religieuse, mythologique etc.

Les Grecs, croyaient-ils à leurs mythes ? La question polémique de Paul Veyne (1983) mérite d’être prise au sérieux et d’être pensée jusqu’au bout. D’être prise au sérieux et d’être appliquée à toutes les mythologies. L’Iliade et L’Odyssée font, jusqu’à aujourd’hui, partie de l’essentiel du canon de la littérature européenne. Néanmoins personne ne s’aviserait de les prendre ‘au sérieux’.
Certes, Heinrich Schliemann prit Troie au sérieux et trouva… quelque chose. Les avis des experts divergent sur ce que c’était au juste. Personne, cependant, ne soutiendrait plus, de façon sérieuse, la réalité, l’authenticité, des lieux et des personnages. Les grand textes religieux, L’Ancien, le Nouveau Testament, le Coran ne sont pas moins ‘vrais’ ou ‘fictifs’ que L’Iliade ou L’Odyssée – tous des narrations fantastiques et semi-fictionnelles qui sont nées, longtemps avant notre ère, de conditions sociétales très spécifiques et pour des raisons spécifiques.
Ils ont réussi à prendre le caractère de textes sacrés ce qui les rend inattaquables et invulnérables – quoique rien n’incite à les prendre plus au sérieux que d’autres mythes. La poésie devint et devient réalité, régulant de manière ubuesque la vie intime de millions de gens, et ce jusque dans le moindre détail. Dans son essai brillant Vérité et mensonge au sens extra-moral, Nietzsche parle du fait que nous vivons dans des cathédrales faites de concepts dont nous aurions, dans nos propres têtes, oublié l’origine.

Quant aux représentations de Dieu, c’est encore plus lourd de conséquences : on nous a habitué à nous soumettre au dictat d’un créateur diffus (parole de Dieu, proférée et révélée par un médiateur prophétique) allant de pair avec une prétention discutable (voulant proférer, missionner) et de nous comporter comme si nous tremblions face aux mythes que nous avons inventés.
‘Faire outrage aux sentiments religieux’ est toujours sinon puni, du moins traité avec uns suspicion générale. Il n’y a guère d’autre sentiment qui jouit d’une telle protection. Bien au contraire, ce sont les sentiments religieux qui maltraitent, sans état d’âme, d’autres sentiments individuels.

Bref : Il est temps, avec un retard de deux ou trois siècles, de remplir les engagements laissés en souffrance du siècle des Lumières, d’imposer la sécularisation de textes ‘saints’ ainsi nommés et, ce faisant, de les littérariser. Si l’on pouvait de nouveau les traiter comme on le fait avec la littérature, ils perdraient, d’un coup, leur côté effrayant. La théologie libératrice signifie avant tout : se libérer de la théologie.

Une idée illusoire déconnectée du monde ? Ce n’est pas une illusion que de remettre définitivement au centre de l’intérêt les besoins terrestres, humains, mondains. La littérature nous apprend l’art de jouer avec les choses et de les prendre au sérieux à la fois. Schiller dit dans ses Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme que l’homme est seulement homme là où il joue, et il ne joue que là où il est entièrement homme. Ce faisant, il ébauche tout un programme pour l’avenir.
La littérature y joue un rôle décisif, car elle n’est rien d’autre que du jeu. Du jeu sérieux mais du jeu. Elle est virtualité devenue texte, simulation, stimulation du réel – elle est contact immédiat, a l’air vrai à s’y méprendre et est néanmoins sans danger, simulation, simulation de vie justement. Combien réel est la réalité ?

La question non seulement est permise mais expressément exigée. L’heure est à l’imagination et au jeu léger, dans une atmosphère détendue, avec les configurations syncrétiques de la vérité et de la réalité de notre monde postmoderne qui, peu à peu, s’interconnecte. Le temps des philosophies manichéennes (ou tout noir ou tout blanc) est révolu : l’heure est à la littérature comme laïcité appliquée !

La littérature n’est pas une institution qui produit des ‘bien-pensants’. Elle veut former en grand nombre des résistants critiques, des individus relativement difficile à manipuler. Elle veut et doit couper la parole aux fondamentalistes, doit marcher sur leurs platebandes ; du moins dans le domaine qui lui est vraiment propre, celui des mots et des textes. Elle ne va et ne doit se laisser dérober son propre langage par des amateurs de la langue.

La façon dont l’opinion publique du monde entier a fait adopter les Versets sataniques de Rushdie contre la volonté des Mollahs voire malgré les menaces de mort était impressionnante mais elle ne doit pas rester un cas isolé. Un système qui interdit une manière de s’exprimer est en train d’interdire une dimension de l’homme.

Peut-être est-ce l’élément essentiel le plus révolutionnaire, le plus subversif, le plus incommensurable du phénomène ‘littérature’ : cette focalisation naturelle sur des êtres humains individuels sans aucune revendication d’exemplarité ni de grilles d’interprétation allégoriques ou typologiques. L’évidence avec laquelle on dirige toute son attention sur les ‘indignes’ – les marginaux, les ratés, les fous, les drôles d’oiseaux ou ceux qui sont tellement bizarres qu’il n’y a rien à en espérer (comme, par exemple, Don Quichotte)… Non pas pour prouver quelque chose, mais uniquement dans l’intérêt de la simple existence de ces personnages. La révolte des révoltes dans des univers qui se sont habitués à accentuer, à formater, à relever, à distinguer strictement l’essentiel de l’accessoire.

Car, en dernier lieu, tout est question de style. La lutte de Flaubert pour un style indirect libre dans Madame Bovary qu’il sut imposer devant les tribunaux contre les avocats de la morale bourgeoise était bien plus qu’un combat pour des questions de forme. Il acquit en se battant pour lui-même et ses lecteurs le droit de pouvoir regarder – sans être censuré – dans le for intérieur d’une femme adultère et de pouvoir participer, en le vivant, à son triomphe et non seulement à sa honte et à son déshonneur. Indépendamment du fait qu’on s’identifie avec elle ou pas.
Ce qui appartient avant tout à la littérature, c’est son regard neuf sur les abîmes complexes des paysages souterrains de nos émotions, sur les zones d’ombres de nos sentiments le plus souvent très mitigés – même Freud enviait à Schnitzler l’intuition poétique qui permettait au poète de reconnaître spontanément ce qui réclamait des années de recherche aux scientifiques.

Par conséquent, le combat pour chaque virgule mené par Karl Kraus, celui de Paul Celan pour la reconquête de la langue allemande empoisonnée fut dans toute la force du terme autant politique que la pose provocatrice et forcée de l’indifférence de Camus ou le compte rendu protocolaire et dégrisé des énormités évoquées par Kafka.
L’essentiel est dans le détail, et se reflète dans la nuance apparemment sans importance. Un traducteur à Damas – et cela remonte à des années – m’a incité à plutôt ne pas mentionner, dans mon discours sur le Nathan de Lessing, le fait que le Coran ‘cite’ l’Ancien et le Nouveau Testament, mais plutôt qu’il les ‘accomplit’. Il s’agit, maintenant et ici, d’annoncer la couleur. Il est de notre devoir, au-delà de tout activisme politique, de revendiquer clairement le règne dans la république des signes et de nous battre pour chaque mot, mot après mot. La littérature nous montre l’exemple en vivant cette Reconquista du langage, il nous appartient de ne pas abuser de cet héritage !

Voilà, chers amis, mes premières idées. Maintenant, espérant la formation des « bataillons », des réseaux pour approfondir le travail !

Mis en ligne : 13 novembre 2013

Mots clés de cet article

Activités & textes

Avec la participation du CLR CLR Agenda CLR Colloques CLR Communiqués CLR Contributions CLR Editos CLR Laïcité Info CLR locaux CLR Notes de lecture CLR Présentation CLR Prix de la laïcité CLR Rebonds CLR Tribunes libres Documents Initiatives proches Le CLR signale Liens Revue de presse Revue de presse : Chroniques, tribunes et entretiens Vidéos VIDEOS Quelques grammes de laïcité dans un monde de radicalité

Acteurs

"Les Profanes" "Répliques" (France Culture) Aalam Wassef Abdelwahab Meddeb Abdennour Bidar Académie française ADMD (Mourir dans la dignité) al-Qaida Alain Christnacht Alain Finkielkraut Alain Jakubowicz Alain Minc Alain Morvan Alain Seksig Alain Simon Alain Soral Alain-Gérard Slama Alban Ketelbuters Albert Memmi Alexandra Laignel-Lavastine Alexandre Devecchio Alexis Bachelay Alliance Vita Amélie Boukhobza Amies et amis de la Commune de Paris 1871 Amine El Khatmi Amnesty International Anastasia Colosimo André Bellon André Gérin André Henry André Vingt-Trois Anne Hidalgo Anne-Marie Le Pourhiet Anne-Marie Lizin Annick Drogou Annie Sugier Anticor Antoine Sfeir APHG Arab women’s solidarity association (AWSA) Assemblée des femmes Association des libres penseurs de France (ADLPF) Association des Maires de France (AMF) Association FRancophonie AVenir (A.FR.AV.) Association pour une Constituante Avenir de la langue française (ALF) Averroès Avijit Roy Ayaan Hirsi Ali Babacar Lame Baraka City Benoît Hamon Bernard Drainville Bernard Maris Boko Haram Bondy Blog Boualem Sansal Brice Couturier Brigitte Stora Bruno Fuligny Café La Mer à boire Caroline de Haas Caroline Fourest Caroline Valentin Catherine Kintzler Céline Pina Céline Rigo Centre civique d’étude du fait religieux (CCEFR) Centre Départemental d’Etude et d’Éducation Permanente Cercle Maurice Allard Chahdortt Djavann Chahla Chafiq Charles Arambourou Charles Coutel Charlie Hebdo Christian Bataille Christiane Taubira Christophe Couillard Christophe Guilluy Christophe Lèguevaques Christopher Caldwell Christopher Lasch Cimade Cindy Leoni Civitas Claude Askolovitch Claude Hagège Claude Nicolet Claude Ruche Clémentine Autain Clermont-Tonnerre (1789) Coexister Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) Collectif Culture commune Collectif du 5 avril (Alsace-Moselle) Collectif IVG Tenon (Paris 20e) Collectif laïque Collectif national pour les droits des femmes (CNDF) Collectif Place aux femmes Collectif pour la promotion de la laïcïté Collectif pour la promotion de l’école publique dans les mauges COllectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’ Initiative et l’ Emancipation Linguistique (Courriel) Comité 1905 Auvergne Rhône Alpes Comité 1905 de l’Ain Comité consultatif national d’éthique (CCNE) Comité de réflexion et d’action laïque de Seine-Maritime (Creal 76) Comité National d’Action Laïque (Cnal) Comité Orwell Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) Conférence des évêques de France (CEF) Conseil constitutionnel Conseil d’Etat Conseil de l’Europe Conseil des ex-Musulmans de France (CEMF) Conseil économique, social et environnemental (Cese) Conseil français du culte musulman (CFCM) Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal) Conseil représentatif des associations noires (Cran) Conseil représentatif des institutions juives (Crif) Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) Consistoire central israélite de France Coordination française pour le lobby européen des femmes (Clef) Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) Cynthia Fleury Dalil Boubakeur Daniel Lefeuvre Daoud Boughezala Débats laïques Défense de la langue française (DLF) Défenseur des droits Déléguation interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme, et la Haine anti-LGBT (Dilcrah) Délégués départementaux de l’Education nationale (DDEN) Dialogue et démocratie française Didier Leschi Djemila Benhabib Dominique Schnapper Dounia Bouzar Ecole nationale d’administration (Ena) Eddy Khaldi Edwy Plenel Egale (Egalité Laïcité Europe) ELELE Migrations et cultures de Turquie Elie Barnavi Elisabeth Badinter Elisabeth Lévy Emmanuel Macron Emmanuel Todd Eric Conan Eric Dupin Eric Younous Eric Zemmour Étienne-Émile Baulieu Etudiants musulmans de France (EMF) Eugénie Bastié Fabrice Nicolino Farhad Khosrokhavar Farida Belghoul Fatiha Boudjahlat Fawzia Zouari Fayad Ashraf Fazil Say Fédération française du Droit humain (DH) Fédération Humaniste Européenne Femen Femmes contre les intégrismes (FCI) Femmes sans voile d’Aubervilliers Femmes solidaires Fewzi Benhabib Fiammetta Venner Filippos Loïzos Florence Sautereau Fondation pour l’islam de France Forces Laïques Franck Dedieu François Burgat François Fillon François Hollande François Pupponi Françoise Laborde Fred Zeller Frédérique Calandra Frédérique De La Morena Frères musulmans Gaël Brustier Gauche populaire Georges Bensoussan Georges Gastaud Gérard Biard Gérard Delfau Ghada Hatem Ghaleb Bencheikh Ghazi Béji Gilbert Abergel Gilles Clavreul Gilles Kepel Grand Orient de France (GODF) Grande Loge de France (GLDF) Grande Loge Féminine de France (GLFF) Grande Loge Mixte de France (GLMF) Grande Loge Mixte Universelle (GLMU) Guillaume Lecointre Guy Arcizet Guy Georges Guy Konopnicki Guy Lengagne Guylain Chevrier Habib Kazdaghli (faculté de la Manouba) Hamed Abdel-Samad Hamza Kashgari Hani Ramadan Hassan Bounamcha Hassen Chalghoumi Haut Conseil à l’Egalité femmes hommes (HCE/fh) Haut Conseil à l’intégration (HCI) Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) Henri Caillavet Henri Peña-Ruiz Hervé Le Bras Hind Fraihi Hugues Lagrange Iannis Roder Ikhwan Ilse Ermen Indigènes de la République, Houria Bouteldja Indivisibles, Rokhaya Diallo Institut Montaigne Institut national d’études démographiques (Ined) Isabelle Adjani Isabelle Kersimon Isabelle Lévy islamophobie.org Jabeur Mejri Jack Dion Jack Lang Jacqueline Costa-Lascoux Jacques Julliard Jacques Lafouge Jacques Sapir Jacques Tarnero Jean Baubérot Jean Birnbaum Jean Glavany Jean Zay Jean-Claude Michéa Jean-Claude Pecker Jean-François Chalot Jean-François Kahn Jean-Louis Auduc Jean-Loup Amselle Jean-Luc Mélenchon Jean-Marcel Bouguereau Jean-Michel Quillardet Jean-Noël Jeanneney Jean-Paul Brighelli Jean-Paul Delahaye Jean-Paul Mari Jean-Paul Scot Jean-Pierre Changeux Jean-Pierre Chevènement Jean-Pierre Le Goff Jean-Pierre Mignard Jean-Pierre Sakoun Jeannette Bougrab Joann Sfar Joseph Macé-Scaron Joumana Haddad Jürgen Wertheimer Kamel Daoud Karan Mersch Karim Akouche Khaled Slougui LaïcArt, Ahmed Meguini Laïcité d’accord Laïcité-Liberté Laurence Marchand-Taillade Laurence Rossignol Laurent Bouvet Laurent Joffrin Laurent Lafforgue Le Chevalier de La Barre (association) Le Siècle Les Nouvelles News Liberté pour l’Histoire Libre Pensée (FNLP) Libres MarianneS Ligue de l’enseignement Ligue des Droits de l’Homme (LDH) Ligue du Droit International des Femmes (LDIF) Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) Loubna Abidar Louis Astre Luc Le Vaillant Lucien Neuwirth Lunise Marquis Lycée Averroès (Lille) Lydia Guirous Malek Boutih Malek Chebel Malika Sorel Malka Marcovich Manuel Valls Marc Blondel Marc Cohen Marc Ferro Marc Riglet Marc Trevidic Marcel Gauchet Marcela Iacub Marianne Marie Perret Marie-Danielle Gaffric Marika Bret Martine Aubry Martine Cerf Martine Gozlan Marwan Muhammad Maryam Namazie Mathieu Bock-Côté Maurice Agulhon Médine Mehdi Meklat Mehdi Ouraoui Michel Houellebecq Michel Onfray Michel Seelig Michèle Tribalat Ministère de l’immigration Mission interministérielle contre les sectes (Miviludes) Mix-Cité Mohamed Arkoun Mohamed Louizi Mohamed Sifaoui Mohammed al-Ajami, alias Ibn al-Dhib Mona Eltahawy Mona Ozouf Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples (Mrap) Mouvement Europe et Laïcité - Caedel Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme (MPCT) Nacera Guenif Nader Abou Anas Nadia Benmissi Nadia El Fani Nadia Remadna Naser Khader Nasr Abu Zayd Nasrin Sotoudeh Natacha Polony Natalia Baleato Negar Ni Putes Ni Soumises (NPNS) Nicolas Bays Niloy Neel Observatoire de la laïcité Observatoire de la laïcité de Saint-Denis Observatoire de la laïcité du Val-d’Oise Observatoire de la laïcité scolaire de Seine-Maritime (OLS 76) Observatoire des discriminations Observatoire des inégalités Observatoire du communautarisme Observatoire International de la Laïcité contre les Dérives communautaires Odile Saugues Olivier Grenouilleau Opus Dei Organisation Etat islamique ("Daech") Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Pape Paprec Parlement Pascal Bruckner Pascal Vesin Pascal-Eric Lalmy Pascale Boistard Patrick Gaubert Patrick Kessel Paul Veyne Paul Yonnet Périco Légasse Philippe Adam Philippe Barbarin Philippe Bilger Philippe Cohen Philippe Dechartre Philippe d’Iribarne Philippe Foussier Philippe Muray Philippe Portier Philippe Verdin Pierre Bergé Pierre Biard Pierre Brossolette Pierre Desproges Pierre Manent Pierre Nora Pierre-André Taguieff Pinar Selek Planning familial Plantu Politique autrement Printemps républicain Prochoix Promouvoir Rachid Abou Houdeyfa, imam de la mosquée de Brest Rachid Benzine Rachid Nekkaz Raef Badaoui Raphaël Liogier Ratzinger (Benoît XVI) Regards de femmes Régis Debray Régis Soubrouillard Renée Fregosi Reporters sans frontières (RSF) République ! Res Publica Respublica Restos du coeur Revue des deux mondes Richard Dawkins Richard Malka Richard Michel Riss Robert Badinter Robert Redeker Robespierre Rony Brauman Sadiq Khan, maire de Londres Saïd Sadi Salman Rushdie Samuel Mayol Samuël Tomei Sauver les lettres Sciences Po Sérénade Chafik Shirin Ebadi Shoukria Haidar Sihem Habchi Simone Veil Soheib Bencheikh Sonia Mabrouk SOS Racisme Soufiane Zitouni Syndicat national des journalistes (SNJ) Syndicat national des lycées et collèges (Snalc) Tahar Ben Jelloun Tareq Oubrou Tariq Ramadan Taslima Nasreen Terra Nova Thierry Tuot Turki al Hamad Union des Familles laïques (Ufal) Union des organisations islamiques de France (UOIF) Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes (Unadfi) Union rationaliste Université libre de Bruxelles (ULB) Ville et banlieue Vincent Peillon Viv(r)e la République Waleed Al-Husseini Walter Benn Michaels : « La Diversité contre l’égalité » Wassyla Tamzali Yazid Sabeg Yves Michaud Zeev Sternhell Zineb El Rhazoui

Thèmes

Citoyenneté, être français Discriminations Droit, justice Droite Ecole Europe Femmes/hommes Gauche Hollande et la laïcité Les démolisseurs Liberté de conscience Régionalismes Sarkozy et la laïcité Sectes Séparation Voile islamique

Sous-thèmes

"Accomodements raisonnables" "Crimes d’honneur" "Discrimination positive" "Identité nationale" "Islamophobie" "Laïcard" Adorateurs de l’Oignon Adultère Alimentation : halal, cantines... Alsace-Moselle Animisme Arbre de la laïcité Armée Athéisme Aumonerie Bahaïsme Bande dessinée Baptême Bibliothèque/médiathèque Blasphème Bouddhisme Caricatures Catharisme Catholicisme Centres de loisirs pour enfants Chanson Charia Charte de la laïcité Chevaliers Jedi Cinéma Circoncision Clientélisme Colonialisme Commémorations Commerce Communautarisme, "multiculturalisme", ethnicisation Complotisme Coptes Corruption Corse Crèches Crèches de Noël Crucifix Culture Culture : patrimoine Culture générale Décès Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen Déclaration universelle des droits de l’homme Délinquance, criminalité Départements Dessin Dessin animé Devise républicaine Discriminations au travail Dons, souscription Drapeau Ecole : charte de la laïcité Ecole : enseignement des langues et cultures d’origine (ELCO) Ecole : mixité Ecole : programmes Ecole : sélection Ecole : uniforme Ecoles privées Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (mormons) Eglise orthodoxe Enseignement supérieur Enseigner le "fait religieux" Entreprise privée Entreprise publique Entreprise publique : Air France Entreprise publique : RATP Entreprise publique : SNCF Esclavage Excision, mutilations sexuelles Exposition Extrême droite Fêtes religieuses Finance islamique Fonction publique Français nés hors de France ou de parents nés hors de France... Genre Gens du voyage, roms, tsiganes Géographie Hindouisme Histoire Homosexualité Hôpital Imams Immigration Impôts Intégrisme Intelligentsia Islam Journée de la laïcité Judaïsme Kabylie Kippa Kopimisme Kurdes La République des copains ? Langue française Langues régionales Latin, grec Les églises et l’argent Libération (1945) Liberté d’expression Lieux de culte Livre Loi de 1905 Lois mémorielles Lumières Mai 68 Mairies Mariage forcé Mariage, divorce Maronites Marseillaise Maternité, contraception, avortement Médias Meurtres, violences, menaces physiques Monarchie Morale laïque Mourir dans la dignité Musique Mutins de 1917 Nationalité Nazisme Obsèques, cimetière Opéra Outre-mer Parc aquatique Pastafarisme Pédophilie Peinture Pétition Piscine Poème Police Polygamie Prison Processions, ostensions Prostitution Protestantisme Publicité Quitter une religion, apostasie Racisme anti-asiatique Racisme anti-blanc Radio Ramadan Rappeur Rastafarisme Régions Révolution française (1789) Rituel Rohingyas Roubaix Saint-Denis Salafisme Sarkozy et les sectes Satanistes Science, créationnisme Scientologie Service national Sikhisme Sondages Soufisme Spectacle Sport Statistiques ethniques Syndicats Taqiya (dissimulation) Télé Théâtre Tourcoing Transports publics Végétariens Vêtement : "abaya", robe et jupe longues Vêtement : "burkini" Vichy, Pétain... Voile à la plage Voile au travail Voile intégral (niqab, burqa...) Voilement des enfants Vote, éligibilité Wahhabisme Yézidis Zoroastrisme Zuisme

Evénements

"Hijab Day" à Sciences Po (2016) "Ils ont volé la laïcité", par Patrick Kessel (2012) "Laïque pride" libanaise "Le Rappel à l’ordre" de Daniel Lindenberg (2002) "Les Territoires perdus de la République" (2002) "Printemps arabe" Agressions contre des jeunes juifs à Paris 19e Alain Morvan : un recteur limogé Amina, "femen" tunisienne (2013) Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème (Pakistan) Assasinat d’un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray (26 juil. 16) Assassinat de policiers à Magnanville (2016) Attentat : 14 juillet 16 (Nice) Attentat : 19 décembre 16 (Berlin) Attentat : 24 mai 14 (musée juif de Bruxelles), Mehdi Nemmouche Attentat à Québec (29 jan. 17) Attentat déjoué près de Notre-Dame de Paris (sept. 16) Attentat du Thalys (21 août 2015) Attentat d’Orlando (Etats-Unis, 12 juin 16) Attentats : 11 sept. 2001 (Etats-Unis d’Amérique) Attentats : 13 nov. 15 (Paris, Saint-Denis) Attentats : 22 mars 16 (Bruxelles) Attentats : janvier 2015 (Paris) Attentats : mars 12 (Toulouse, Montauban), Mohamed Merah Attentats de Copenhague (Danemark, 14 et 15 fév. 15) Beaupréau (Maine-et-Loire) Benzema-Deschamps (2016) Black M à Verdun (2016) Cafés interdits aux femmes (2016) Camp d’été interdit aux blancs (2016) Caricatures de Mahomet Carpentras : la crèche Zola débaptisée Chantal Sébire (2008) Charlie Hebdo : livre posthume de Charb Charlie Hebdo incendié (nov. 11) Charte européenne des langues régionales ou minoritaires Cinéma : "Au nom du fils" (mai 2014) Cinéma : "Bang Gang" (2015) Cinéma : "Des Hommes et des dieux" (2010) Cinéma : "La Boussole d’or" (2007) Cinéma : "La journée de la jupe" Cinéma : "La Vie d’Adèle" (2013) Cinéma : "Salafistes" (2015) Cinéma : "Timbuktu" (2014) Cinéma : "Tomboy" (2011) Commission Stasi (2003) Commune de Paris Concours eurovision de la chanson Conférence de l’ONU sur le racisme à Durban (2001) Conférences départementales de la liberté religieuse Discours de N. Sarkozy à Dakar le 26 juillet 2007 Dr Bonnemaison (2011) Ecole : accord sur les diplômes entre la France et le Vatican Ecole : aménagement de concours pour une fête juive (2011) Ecole : communes sans école publique Ecole : dérives intégristes dans un lycée catholique Ecole : loi Carle ("forfait communal") : financement par les communes de la scolarisation dans le privé Ecole : réforme des rythmes scolaires Elections 2012 Elections 2017 Elections régionales 2015 Emeutes de 2005 Enlèvement des lycéennes de Chibok (avril 14) Expo : "Dirty Corner" (2015) Expo : "Piss Christ" (av. 11) Forum "République et islam" (Assemblée nationale, 22 juin 15) Frères musulmans à Lille avec l’UOIF (7 fév. 16) Hassi Messaoud : violences contre des femmes (Algérie, 2010) Ilan Halimi enlevé et assassiné (2006) Jeux olympiques L’Oncle Sam fait son marché La "discrimination positive" dans la Constitution ? Le Qatar en France Le tout-à-l’égout du Cap Nègre Les églises au CES ? Loi "Egalité et citoyenneté" (2016) Loi de 1905 : 110e anniversaire (2015) Loi de 1905 : centenaire Loi de 1905 : inscrire ses principes dans la Constitution Loi Travail (2016) L’Eglise catholique contre le Telethon L’ONU contre les droits de l’homme ? Malala Yousafzai (Pakistan) Manifestations pro-palestiniennes (juillet 14) Mariage annulé, l’épouse n’était pas vierge Mariage homosexuel (2013) Meeting contre l’"islamophobie" (6 mars 15) Meriam condamnée à mort pour apostasie (Soudan) Nuit debout (2016) Opéra : "Idoménée" de Mozart (2006) Pascal Vésin, prêtre et franc-maçon Ploërmel (Morbihan) Prix de la Carpette anglaise Procès de Djemila Benhabib (2016) Profanation du cimetière juif de Sarre-Union (fév. 15) Pub : "La Cène" de Marithé et François Girbaud (2005) Publier (Haute-Savoie) Raïf Badawi : 1000 coups de fouet pour un blogueur Ramadan : "non-jeûneurs" en Algérie Rapport "Cohésion républicaine" dit "rapport Dutheil" (PS, 2015) Rapport "Refondation de la politique d’intégration" (2013) Rapport Benbassa-Lecerf (2014) Rapport Institut Montaigne "Un islam français est possible" (sep. 16) Rapport Machelon (2006) Rapport Obin (2004) Rapport Terra Nova "Gauche : quelle majorité électorale ?" (2011) Rapport Terra Nova : "Pour une citoyenneté musulmane" (2011) Rapport Tuot : "Pour une société inclusive" (fév. 13) Rassemblement UOIF au Bourget (mai 16) Ratzinger (Benoît XVI) contre la laïcité Ratzinger (Benoît XVI) en France (sept. 08) Rayhana agressée à Paris Référendum sur le traité constitutionnel européen (TCE), le 29 mai 2005 Robert Redeker menacé de mort Roubaix : conférence de Hani Ramadan (fév. 17) Saint-Denis : censure (27 mai 15) Saint-Denis : menaces, violences, contre un directeur d’IUT (2014) Sakineh (Iran, 2010) Salon de la femme musulmane (Pontoise, 2015) Sarkozy : l’UMP se rebaptise "Les Républicains" Sarkozy à Riyad Sarkozy au Latran (déc. 07) Strauss-Kahn (mai 2011) Théâtre : "Golgota Picnic" (déc. 11) Théâtre : "Sur le concept du visage du fils de Dieu" (oct. 11) Tintin raciste ? Traité transatlantique (Tafta) Turquie : interdiction du parti au pouvoir ? Un prêtre à la présidence de l’université de Strasbourg (2016) Vincent Lambert (2014) Viols à Cologne (31 déc. 15) Voile : accompagnateurs de sorties scolaires Voile à l’école : Creil (1989) Voile dans un gîte : l’affaire Truchelut Voile dans une crèche (Baby-Loup)

Pays

Afghanistan Afrique Afrique du Sud Albanie Algérie Allemagne Arabie Saoudite Argentine Arménie Asie Australie Autriche Bahreïn Bangladesh Belgique Birmanie Brésil Brunei Bulgarie Cameroun Canada Chili Chine Corée du Nord Croatie Cuba Danemark Djibouti Ecosse Egypte Émirats arabes unis Espagne Etats-Unis d’Amérique Ethiopie Finlande Grèce Haïti Honduras Hongrie Inde Indonésie Irak Iran Irlande Islande Israël Italie Jamaïque Japon Jordanie Kenya Kosovo Koweit Liban Libye Luxembourg Madagascar Malaisie Mali Malte Maroc Mauritanie Mexique Népal Nicaragua Niger Nigeria Norvège Nouvelle-Zélande Pakistan Palestine Pays-Bas Pérou Philippines Pologne Portugal Proche et Moyen-Orient Qatar Québec République tchèque Roumanie Royaume-Uni Russie Rwanda Sénégal Serbie Somalie Soudan Sri-Lanka Suède Suisse Syrie Tadjikistan Tchad Tibet Tunisie Turquie Yémen

Comité Laïcité République
Maison des associations, 54 rue Pigalle, 75009 Paris

Tous droits réservés © Comité Laïcité RépubliqueMentions légales